Kyleakin – Glencoe : 148km

Il est temps pour nous de quitter cette enchanteresse et mystique ile de Skye pour retourner sur le continent principal, si je puis dire. On fera un nouvel arrêt à Eilean Castle pour voir le château à marée haute. Toujours aussi superbe, on ne s’en lasse pas. Puis une halte randonnée dans le Glen Nevis, nous traverserons un petit pont suspendu et reviendrons sous une légère bruine qui ne gâchera en rien le moment bien au contraire. L’atmosphère était magique et mystérieuse. Propice aux fables et mythes d’Écosse !

Le soir nous dormirons en pleine forêt de Glencoe, l’auberge a été difficile à trouver mais top et proche des départs de randonnées. Par contre, pas de magasins autour, il nous restait de la réserve donc pas de soucis mais c’est vrai que venir en basse saison à parfois des désavantages : il n’y avait qu’un pub d’ouvert.

Portree – Kileakin 54 km

Encore une petite distance, faut dire que l’ile de Skye n’est pas très grande au final et qu’il y a beaucoup de choses à y voir mais alors, vraiment beaucoup. Les paysages sont enchanteurs et tellement changeant qu’il est impossible de rester de marbre devant tant de magnificence. Le temps ajoutant une autre variable, un même paysage apparaitra radicalement différent suivant qu’il pleut où qu’il fait grand beau. Bref, on ne s’en masse pas.

Nous irons visiter le Old Man of Storr. Un monolithe au milieu de nulle part avec une vue imprenable sur les alentours. Pendant la montée, où nous avons croisé beaucoup beaucoup de touristes, le paysage est apocalyptique, les arbres déracinés, tous, ont blanchis sous le soleil et les vents et s’amassent en d’énormes tas désolés. Il n’y a rien, peu de buissons, la vue fait peine à voir. Nous découvrirons que cela est voulu. Les arbres arrachés l’ont été car ils ne sont pas endémiques. Leur mort était donc obligatoire afin de pouvoir laisser pousser les petits buissons qui eux, le sont. Ainsi cela favorisera la faune locale. Sur le coup, ça fait quand même un choc.

Dans les collines avoisinantes, j’ai trouvé une pelote de rapace. La montée hors-piste est difficile, l’épaisse couche d’herbe cache d’innombrables et traitres trous. Je déconseille fortement bien que la découverte de la pelote à largement contre balancé l’effort !

Le soir, c’est retour à l’Auberge Backpackers, avec picnic moquette devant le feu de cheminée. Le pied !

 

Portnalong – Neist Point – Portree 113km

Levés de bon matin, la vue sur les Lochs est magnifique, paradisiaque. Des lapins sautillent dans le jardin autour du gite. C’était petit mais très confortable.

Le petit déjeuné avalé, on part direction Dunevegan pour visiter le château du clan Mc Leod. En tant que fan d’Highlander, je ne pouvais pas passer à côté sans m’y arrêter, par contre pas de Duncan McLeod dans le clan… Musique dans la tête à l’entrée : https://youtu.be/mqhHgT4mvRQ

Le château est privé, autrement dit encore habité, il n’est donc pas possible de prendre de photo mais la visite était vraiment intéressante. Nous avons été fort bien accueillis par une dame qui avait bien envie de discuter. Elle nous a dit que nous avions une chance exceptionnelle, habituellement le mois d’Octobre n’est pas aussi ensoleillé d’autant que les fleurs du jardin sont encore là alors que normalement c’est pluie et vent. Leur été a été misérable, octobre rattrape un peu les choses. Pour sûr, prendre un coup de soleil en octobre en Ecosse, c’est pas courant…

Nous rateront les plages de corail à côté (j’ai zappé) et nous nous dirigerons directement à Neist Point. Un pur bonheur et une totale déception sur l’état du fort, complètement laissé à l’abandon et vandalisé. Par contre, j’ai pu voir des phoques chasser des oiseaux posés sur l’eau avec les jumelles. Tout juste génial !

Pour le soir, nous dormiront à Portree finalement, dans une vraie chambre avec un grand lit moelleux, la télé et surtout une vraie douche. Le pied quoi, ça change de la nuit passée !

 

 

Kyleakin – Portnalong 62km minimum

Départ très matinal depuis l’auberge pour aller observer les loutres dans la réserve naturelle de Kylerhea. Il n’y pas âme qui vive, ça à fêter tardivement le soir d’avant semble-t-il… On ose à peine prendre une douche de peur de réveiller la maison. L’air marin est frais et humide malgré les rayons de soleil : il faudra bien se couvrir, les loutres sont timides.

La route jusqu’à la réserve est étroite, sinueuse est très proche des montagnes russes de parc d’attraction : elle peut associer un virage en épingle à un sommet, le tout bordé d’un précipice raisonnable mais qui peut faire mal en cas de raté. Du coup, c’est concentration maximum. Heureusement on ne croise que peu de voiture en sens inverse et le paysage est époustouflant avec le lever de soleil.

Il faut marcher quelques minutes en forêt avant d’atteindre la cabane d’observation. Pas de chance pour nous, on ne verra rien à part des oiseaux de tout type. On a bien aperçu quelques bulles en surface et de rapide passage en surface mais impossible de reconnaitre l’animal. Donc on hésite entre marsouins, loutres et phoques avec une forte probabilité pour la dernière option.

L’après-midi, nous visiterons la distillerie Talisker à Talisker. Petite déception, la visite est vraiment orchestrée commerciale et la dégustation ne propose qu’un choix de whisky, les photos sont interdites et notre guide récite avec un enthousiasme innaturel son texte appris par cœur. Celle de Cardhu était plus intimiste. Bah, le coin est superbe, le village microscopique et le Old Inn, un endroit génial.

Car organisés comme nous sommes, nous avons réservé une nuit dans une guest house sur l’ile, le hic, c’est que je suis incapable de me souvenir du nom et que je ne capte pas… Heureusement, le Old Inn a le Wifi et surtout des monstrueux burgers. Quelques heures et un burger (à la viande de chasse et sauce au bleu) plus tard, nous connaissons le nom de notre logement et sommes prêts à en prendre possession. Il est 17h environ, nous admirons le soleil rasant sur les collines et la baie. La bunkhouse, microscopique mais terriblement bien pensée, n’est pas prévue pour autre chose que dormir et manger. Nous repartons donc, direction Talisker Bay et sa cascade qui se jette dans la mer pour y admirer le soleil couchant.

La soirée se terminera par un retour au Old Inn, ils servent du vrai camembert Président, fondu avec des dips de légumes, pour participer à un Ceilidh. Super soirée !

 

 

 

Inverness – Kyleakin 130 km

On quitte Inverness pour aller sur l’ile de Skye, à Kyleakin exactement, la première ville après le pont reliant les deux iles. Le départ se fait rapidement, juste le temps de prendre un thé/café pour filer à Beauly prendre le petit déjeuner au Corner on the Square. Le lieu est dans notre guide et, bien que difficile à trouver, pas de grosse enseigne et l’épicerie est littéralement au coin du parc, cela vaut clairement l’arrêt ! Que des bons produits, de tous horizons (même de la véritable moutarde de Dijon à l’ancienne ou normale), un service sympa et rapide et des grosses portions !

Ensuite, nous longerons la côte et ses paysages bruts, déchiquetés et sauvages pour faire une halte à l’Eilean Donan Castle (site officiel ici). Ce château à hébergé de nombreux films dont Highlander (oui, ça ne nous rajeuni pas). La visite est relativement courte mais très instructive. Les chambres, la cuisine, la salle d’apparat et la salle du conseil ont été refaites comme à l’époque des derniers habitants. Les photos étant interdites, je vous poste celles que j’ai pu glaner sur le net, car c’est connu, même quand c’est interdit on trouve toujours des photos qui circulent…

Nous arriverons tôt à l’auberge de jeunesse Skye Backpakers. Leur site web coloré et les bons échos trouvé dans le guide et sur le net ne nous ont pas déçus ou presque. Nous avons pris des lits en dortoirs, Chewbacca et Dark Vador de leur petit nom, la salle commune avec sa cheminée et ses grands canapés est bien, seule la douche ne m’a pas convaincue. Ce qui ne nous a pas dérangés de revenir quelques jours plus tard hein.

Le soir, dîner en grande pompe au Waterside Seafood Restaurant à Kyle of Lochalsh (dernière ville avant le pont reliant les deux iles). C’est un restaurant de petite capacité, situé dans la gare ferroviaire et qui sert une cuisine excellente, avec des produits d’une fraîcheur extrême (le port est contiguë à la gare) dans un cadre atypique et tout mignon.

 

 

 

Retour de Fort Georges et fin de journée à Inverness

Hier matin, nous avons visité Fort Georges. Après un pique-nique voiture nous nous sommes promenés le long du Loch Ness, du Canal Calédonien à Fort Agustus, de l’ancienne route Militaire, du Château Urquhart et des Dog Falls. Les paysages sont enchanteurs et des panneaux Attention Traversée d’Écureuils Roux jalonnent les bords de route, les couleurs automnales sont éclatantes et les paysages varient des bois verdoyants et gras à la montagne rousse et sèche. Au point de vue de l’ancienne route militaire, nous avons pu entendre les Cerfs bramer en écho dans les montagnes, impossible de les trouver par contre, même avec les jumelles !

Nous sommes revenus à Inverness pour manger le soir. Je ne vous ai pas dit mais nous n’avons pas du tout aimé la SYHA de cette ville. Les étagères pour poser notre caisse de nourriture étaient dégoutantes, avec des plats sales, des multitudes de paquets ouverts et périmés dans la caisse Free Food et surtout, des gens bizarres. Oui passez du No man’s land à la grande ville peut faire un choc et nous avions presque oublié les mauvais côté de la nature humaine… Cela ne nous a pas empêcher de trouver un super marché et de faire des courses : homard, côtelettes d’agneau, fruits de mer, bières de toutes sortes, chips, jambon fumé… pour un prix plus que raisonnable (pour nous j’imagine, avoir du homard frais en super marché chez nous, ce n’est pas possible😀 ). Je crois que nous avons essayé la majorité des produits sortant de l’ordinaire et appétissants😉

Mais, ce soir, nous irons manger au restaurant ! Guide en main, l’homme à la dure tâche de choisir. Évidemment, il est 18:30, et bien que nous soyons mercredi, tous les restaurants qui nous tentent sont complets. Nous finirons au Castle Restaurant, à 19:30, littéralement affamés. Le Castle Restaurant n’est pas vraiment un restaurant, aucun alcool n’y est servi, c’est à mi-chemin entre le restaurant et le fast-food. La cuisine y est simple : Fish n’chips, beignets de crevette, entrecôte… forcément accompagnés de petits pois, frites et coleslaw. Seule victoire de la soirée, le pub dans lequel nous avions prévu de boire une bière après le repas : le Castle Tavern. Et petite déception de passage, nous avons découvert qu’ils proposaient une excellente cuisine… Bah, tant pis pour nous !

Nous aurons passé une bonne journée quand même.

Fort George

Nous revoilà donc de bonne heure, prêts à affronter les murailles du géant. Nous avons attendu vaillamment que les portes s’ouvrent, patients dans le petit matin venteux du bord de mer.

Deuxièmes sur place, nous avons été coiffés au poteau par un couple asiatique, nous avons pu voir le parking se remplir progressivement.

Fort George accueille toujours des militaires. Les points de restaurations ne sont pas exclusivement réservés aux uns ou aux autres. Donc, imaginez quelle ne fut pas notre surprise lorsque, ouvrant grand la porte du café nous nous sommes retrouvés face à une salle remplie de militaires. La nature humaine étant ce qu’elle est, ils ont bien sûr tourné la tête pour connaître les nouveaux arrivants des fois qu’un collègue, ami voir supérieur fasse son entrée. Je suis rentrée la première et j’avoue avoir été quelque peu impressionnée et légèrement coupée dans mon élan. L’appel du café matinal étant le plus fort, je me suis vite remise en train afin d’obtenir le précieux liquide.

Autre anecdote, l’homme a été salué de nombreuses fois lors de notre visite, la veste kaki militaire  et la coupe de cheveux proche d’une coupe réglementaire militaire y étant sûrement à l’origine. Cela nous a bien fait rire une fois qu’on a compris le pourquoi du comment.

Fort Georges abrite le Highlander Museum, un superbe musée avec des objets en relation (on pourrait aussi dire glaner lors des guerres…) avec les guerres où combattirent les Highlanders, un corps d’armée Écossaise.

 

 

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :