La Statue de la Liberté – Statue of Liberty

La Liberté éclairant le monde (Liberty Enlightening the World), plus connue sous le nom de statue de la Liberté (Statue of Liberty), est l’un des monuments les plus célèbres de la ville de New York. Elle est située sur l’île de Liberty Island au sud de Manhattan, à l’embouchure de l’Hudson et à proximité d’Ellis Island (États-Unis). Elle fut offerte par la France en 1886, pour célébrer le centenaire de la déclaration d’indépendance américaine et en signe d’amitié entre les deux nations. L’inauguration de la statue fut célébrée le 28 octobre 1886 en présence du président des États-Unis, Grover Cleveland. L’idée vient du juriste et professeur au Collège de France, Édouard de Laboulaye en 1865. Le projet est confié en 1871, au sculpteur français né à Colmar Frédéric Auguste Bartholdi. Le choix des cuivres devant être employés à la construction fut confié à l’architecte Eugène Viollet-le-Duc, qui eut l’idée d’employer la technique du repoussé. En 1879, à la mort d’Eugène Viollet-le-Duc, Frédéric Auguste Bartholdi fit appel à l’ingénieur Gustave Eiffel pour décider de la structure interne de la statue. Ce dernier imagine un pylône métallique qui supporte les plaques de cuivre martelées et fixées. La statue fait en outre partie des National Historic Landmarks depuis le 15 octobre 1924 et de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984[1].

La statue de la Liberté, en plus d’être un monument très important de la ville de New York, est devenue l’un des symboles des États-Unis et représente de manière plus générale la liberté et l’émancipation vis-à-vis de l’oppression. De son inauguration en 1886 au Jet Age[2], la statue a ainsi été la première vision des États-Unis pour des milliers d’immigrants, après une longue traversée de l’océan Atlantique. Au plan de l’architecture, la statue rappelle le Colosse de Rhodes qui était l’une des sept merveilles du monde antique. Elle constitue enfin l’élément principal du Statue of Liberty National Monument qui est géré par le National Park Service.

 

The Statue of Liberty (Liberty Enlightening the World, French: La Liberté éclairant le monde) is a colossal neoclassical sculpture on Liberty Island in New York Harbor, designed by Frédéric Bartholdi and dedicated on October 28, 1886. The statue, a gift to the United States from the people of France, is of a robed female figure representing Libertas, the Roman goddess of freedom, who bears a torch and a tabula ansata (a tablet evoking the law) upon which is inscribed the date of the American Declaration of Independence. A broken chain lies at her feet. The statue has become an iconic symbol of freedom and of the United States.

Bartholdi was inspired by French law professor and politician Édouard René de Laboulaye, who commented in 1865 that any monument raised to American independence would properly be a joint project of the French and American peoples. Due to the troubled political situation in France, work on the statue did not commence until the early 1870s. In 1875, Laboulaye proposed that the French finance the statue and the Americans provide the pedestal and the site. Bartholdi completed both the head and the torch-bearing arm before the statue was fully designed, and these pieces were exhibited for publicity at international expositions. The arm was displayed in New York’s Madison Square Park from 1876 to 1882. Fundraising proved difficult, especially for the Americans, and by 1885 work on the pedestal was threatened due to lack of funds. Publisher Joseph Pulitzer of the World initiated a drive for donations to complete the project, and the campaign inspired over 120,000 contributors, most of whom gave less than a dollar. The statue was constructed in France, shipped overseas in crates, and assembled on the completed pedestal on what was then called Bedloe’s Island. The statue’s completion was marked by New York’s first ticker-tape parade and a dedication ceremony presided over by President Grover Cleveland.

The statue was administered by the United States Lighthouse Board until 1901 and then by the Department of War; since 1933 it has been maintained by the National Park Service. The statue was closed for renovation for much of 1938. In the early 1980s, it was found to have deteriorated to such an extent that a major restoration was required. While the statue was closed from 1984 to 1986, the torch and a large part of the internal structure were replaced. After the September 11 attacks in 2001, it was closed for reasons of safety and security; the pedestal reopened in 2004 and the statue in 2009, with limits on the number of visitors allowed to ascend to the crown. The statue is scheduled to close for up to a year beginning in late 2011 so that a secondary staircase can be installed. Public access to the balcony surrounding the torch has been barred for safety reasons since 1916.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci Wiki ^^

Publicités

American Flag

Les Américains sont fiers de leur drapeau. On le trouve partout, mais alors partout… Même sur les murs des wagons de métro !

Si si j’ai osé prendre cette photo, même pas honte !

Enfin presque pas …

Pour la petite histoire, les bandes représentent les 13 états fondateurs. Elles sont cousues les unes aux autres dans un symbole d’union, de lien; Les étoiles quand à elles, représentent la totalité des états américains.

Times Square

Le 8 avril 1904, la zone connue précédemment sous le nom de « Longacre Square » fut renommée « Times Square », suite à l’implantation du New York Times sur la place dans une tour copiée sur le campanile de Giotto à Florence. Seulement trois semaines plus tard, la première publicité apparut sur le côté de l’immeuble d’une banque, à l’angle de la 46e rue et de Broadway.

Times Square devint rapidement un centre culturel et l’agora de New York . Des noms tels que ceux d’Irving Berlin, de Fred Astaire et de Charlie Chaplin furent associés avec « Times Square » dans les années 1910 et les années 1920, qui marquent l’âge d’or de Broadway : à cette époque, 280 spectacles en moyenne étaient joués chaque année. Il existait quelque 71 théâtres autour de la place ainsi que de nombreux hôtels et restaurants. Le 14 août 1945, deux millions de personnes se rassemblent à Times Square à l’annonce de la capitulation du Japon.

 

Times Square se modifia avec le début de la grande dépression, consécutivement au krach boursier durant les années 1930. Il devint progressivement un quartier occupé par les peep shows, les cinémas porno et les boutiques de souvenirs bon marché pour touristes. Il fut alors considéré comme un quartier dangereux. La délabrement de Times Square était devenu le symbole de la délinquance et de la corruption new-yorkaises des années 1960 au début des années 1990. En outre, plusieurs films sombres tels que Midnight Cowboy et Taxi Driver illustraient alors la décadence de Times Square.

Au milieu des années 1990, le maire Rudolph Giuliani (1994-2002) concentra ses efforts pour améliorer le quartier et pour fermer les sex shops, restaurant ainsi la sécurité. De nombreux sex shops furent fermés ou déménagèrent vers des quartiers industriels de Brooklyn ou du Queens. Prostitution, délinquance et criminalité ont été éradiquées par l’application de la politique dite de « tolérance zéro », qui voulait que tout délit, même mineur, soit réprimé et puni.

D’un point de vue plus touristique, Times Square est un endroit vivant où il fait bon flâner. L’ambiance électrique donnent l’impression d’être dans un parc d’attraction, les magasins y contribuent beaucoup : dinosaure géant et roue chez Toys’R Us, décoration Willy Wonka en façade, fontaines de M&M’s chez M&M’s World… On y croise de tout et n’importe quoi… Des shows live des tournage de film (je n’ai pas réussit à voir les acteurs, seulement les techniciens), on y mange à des prix pas vraiment donnés,  c’est de loin mon quartier préféré !

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Times_Square

Pour vous, j’ai testé…

Manhattan en talons.

Mauvaise idée, je comprends pourquoi les New Yorkaises se baladent en basket les Jimmy Choo dans un sac ou dans un tiroir au bureau. Les routes sont très souvent abîmées, les trottoirs bancals même les neufs. Ceux-ci sont fait de plaques de bétons assemblées donc chaque jointure est un piège. Descendez d’un trottoirs pour traverser et vous aurez de fortes chances de tomber nez à nez (enfin devrais dire pied à pied) avec un bon gros nid de poule dû aux passages multiples et lourds des auto, SUV, vans, limousines, camions de livraison…

 

Manger/boire en marchant.

Comme le font tant de New Yorkais avec une aisance déconcertante. Pour y arriver vous devrez louvoyer entre les personnes, en tenant fermement votre paper cup au contenu bouillant. Y boire sans vous bruler mais avant tout réussir à l’ouvrir si vous n’avez pas acheter votre boisson matinale chez Starbucks. Et oui, chez eux c’est facile, y’a un petit trou pour boire. Pas chez les autres. Faut trouver LE truc. Je vous met une photo avant après pour vous faire comprendre !

Ce modèle reste un des plus simples, faut déchirer la languette, faut faire ça bien sinon c’est la cata… croyez moi. Dieu soit loué mon manteau est noir, les tâches de thé/café/pizza sont passées inaperçues. Enfin, j’ose l’espérer…

Une Afterwork party New Yorkaise.

La soirée était organisée pour des anciens élèves d’une école de communication. Une fois la désagréable sensation de ne pas se sentir à sa place dépassée, c’est assez sympa mais très superficiel. Les gens se parlent dans deux buts : le sexe et alimenter son réseau social mais sans pour autant de faire des amis. Tout ça reste très professionnel. Comme me disait la personne qui m’y a emmené « tout moment peut devenir une opportunité ». J’en suis donc repartie (en Lexus)  avec des cartes de visites plein les poches (certains ont compris que mon métier pouvait leur être pratique afin d’obtenir une chambre moins chère) et de jolies photos d’un mini carnaval brésilien.

La Junk Food.

Il n’est pas si facile de manger sainement s’il faut manger à l’extérieur, les tentations sont nombreuses et variées. Cependant, il existe des Bars à salades du genre Subway où on choisit son type de salade et les ingrédients qu’ont y met. Évidement, ça peut prendre du temps si on ne sais pas quoi y mettre ! Ma plus grande surprise restera l’habitude américaine de demander le prénom du client afin de l’écrire sur le bon de commande. Ainsi, je m’appelle « Saline » ou lieu de Céline… Pourquoi pas.

Chez Dunkin’ Donut. Comme dans les films, il me fallait tester les donuts souvent associés au policiers américains. Ils sont gras, sucrés et caloriques, pleins de colorants et conservateurs. Mes préférés ! http://www.dunkindonuts.com/

Chez Max Brenner. Le temple du chocolat. Très touristique mais un excellent moment passé avec les copines : pizza chocolat/ mashmallows, fondue chocolat noir, lait et caramel, gaufre aux fruits rouges sauce chocolat, crêpe chocolat banane, mousse chocolat, chantilly, noisettes et summum, petit « barbecue » de table pour faire griller les shamallows sur un pique a brochette ! http://www.maxbrenner.com/

Chez Shake Shack. Touristique a souhait, c’est en plein milieu de Time Square. On y sert des hamburgers et autres délices grassouillets. L’intérêt le plus marquant est la manette que l’on vous donne  une fois votre commande passée et qui vibrera lorsque votre commande sera prête. Ça m’a bien fait rire ce truc ! http://www.shakeshack.com/

Ça donne l’impression que tout est plus sucré, salé et gras. J’ai appris à boire mon café et mon thé sans sucre, même le coca me paraissait plus sucré. Par contre, le grand avantage d’un grand nombre de restaurants new-yorkais ce sont les décors. Ils sont très travaillés !

 

Les Pharmacies.

Qui sont plus proches d’un supermarché de quartier qu’autre chose. On y trouve de tout, de l’alimentaire, des produits d’entretien pour la maison, des cartes de vœux… et des médicaments comme dans une vraie pharmacie !


Sightseeing cruise

Le côté sympa de New York quand il fait beau, ce sont les deux rivière qui bordent Manhattan : Hudson River et East River et qui permettent de faire une sympathique croisière.

La société avec laquelle j’ai vogué : http://www.nywaterway.com/90-MinuteSkylineCruise.aspx

Le tour que j’ai choisit : http://www.nywaterway.com/UserFiles/Files/NYWaterwayToursMapFinal1.pdf

Pèle-mêle on peut voir dans le diaporama :

Deux photos du pont de Brookling, mon préféré, le Manhattan Bridge qui, contrairement au pont de Brooklin peut porter le metro et les voitures, le pont Williamsburg qui a la même utilité que le Manhattan Bridge, l’usine a sucre avec des grandes cheminées droites, l’Empire State Building, le Queensboro bridge avec a côté l’enseigne vintage de Coca-Cola, ce pont mène directement au Queen, vous vous en doutez, les ports de Long Island, de nouveau l’Empire State Building, toujours sans King Kong au sommet !

Juste avant la grande dame, le fort de l’ile du Gouverneur, La statue de la Liberté de son vrai nom La Liberté éclairant le monde, sur l’ile de la Liberté, les bâtiments d’Ellis Island qui servaient pour l’administration de l’immigration et le contrôle des habitants et demandeurs d’asile, le bateau, un panorama de Downtown de Manhattan, de l’ile du New Jersey et du quartier de Wall Street.

Grand Central

Grand Central est la plus grande station que j’ai pu voir a New York. C’est immense, énorme, incommensurable. Bref, grand quoi… et superbe. L’ouvrage est MAGNIFIQUE ! Une véritable œuvre d’art !

http://www.grandcentralterminal.com/index.cfm

Wiki me dit : it is the largest train station in the world by number of platforms:[3] 44, with 67 tracks along them. They are on two levels, both below ground, with 41 tracks on the upper level and 26 on the lower, though the total number of tracks along platforms and in rail yards exceeds 100. When the Long Island Rail Road’s new station, below the existing levels, opens (see East Side Access), Grand Central will offer a total of 75 tracks and 48 platforms. The terminal covers an area of 48 acres (19 ha).

Certains Américains la compare a gare du nord… Euh, mouais si on veut. Gare du Nord possède une architecture intéressante mais pas autant que Grand Central ! Il y a même des cireurs de chaussures, comme a l’ancienne ! Et aussi, une coursive au deuxième étage ou seuls les taxis peuvent aller pour déposer les passagers, si j’ai bien tout compris.

Petit dédicace pour les fans de Sexe and The City, vous verrez dans le diaporama l’ancienne de LA fameuse pâtisserie « Magnolia Bakery », celle qui fait de somptueux cupcake !

Julliard School Free Concert

The Juilliard School, located at the Lincoln Center for the Performing Arts in New York City, United States, is a performing arts conservatory. It is informally identified as simply « Juilliard, » and trains about 800 undergraduate and graduate students in dance, drama, and music. Juilliard is one of the most prestigious performing arts conservatories in the world.

http://www.juilliard.edu/

Donc si on traduit se que nous dit Wiki, Juillard School est une école réputée en arts : danse, musique et théâtre.  En plus de tout ça, l’école organise des concerts gratuits en autres choses. J’ai eu la chance d’assister a l’un d’entre eux. Concert de jazz, Porgy et Bess avec en guest star Jon Faddis.

Ca swing, les têtes dansent au rythmes des accords, les pieds suivent la mélodie, les mains battent la mesure. Un concert de jazz, ca vie, ca se vit.

Tout simplement.

Une petite vidéo qui n’a rien a voir avec le concert a proprement parle, mais qui peut vous donne une idée de la qualité du concert.

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :